Posted by: APO | 5 February 2013

La Facilité africaine de l’eau soutient une gestion valorisée des boues de vidange au Bénin


La Facilité africaine de l’eau soutient une gestion valorisée des boues de vidange au Bénin

TUNIS, Tunisie, 5 février 2013/African Press Organization (APO)/ La Facilité africaine de l’eau (FAE) a accordé un don de 1,1 million d’euros à la mairie de Sèmè-Podji, au Bénin, destiné à soutenir un projet dans lequel le secteur privé jouera un rôle clé. Ce projet vise à mettre en œuvre des solutions efficaces, durables et rentables, de gestion et d’exploitation des boues de vidange. Outre de nombreux agriculteurs, environ 1 million d’habitants du Grand-Nokoué devraient profiter des retombées du programme.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/african-development-bank.jpg

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat public-privé pour la gestion des déchets. Il propose une approche intégrée qui met en avant des modèles de gestion visant à la fois à promouvoir des technologies innovantes et à rentabiliser les opérations de collecte, de transport et de traitement des boues, transformées en fertilisants destinés à la vente. Le modèle proposé génèrera des revenus pour les entreprises, tout en permettant aux familles d’avoir accès à des services plus adéquats et à faire des économies substantielles sur les services facturés.

« La FAE a constaté un intérêt nouveau du secteur privé pour les services d’assainissement, jusqu’alors perçus comme un secteur non rentable, c’est une première que nous souhaitions encourager » a déclaré Akissa Bahri, coordinatrice de la FAE. « Nous pensons d’ailleurs que ce projet peut faire des émules, en incitant d’autres entreprises à participer au développement du secteur, tant au Bénin que dans toute l’Afrique. La valorisation des boues devrait permettre, à terme, de baisser les coûts de l’assainissement qui pèsent sur les ménages, et d’assurer une nouvelle source de revenus, une aubaine pour le secteur privé. »

Le don de la FAE servira notamment à financer toutes les études requises pour la réhabilitation et l’extension de la station de traitement de la commune de Sèmè-Podji, ainsi que le contrôle des travaux, le renforcement des capacités des principaux intervenants, la capitalisation et les échanges d’information.

Cette subvention permettra de couvrir 21 % du coût total du projet, estimé à 5,4 millions d’euros.

Le projet contribuera, entre autres, à mieux organiser la collecte et le transport des boues sur toute l’étendue de l’agglomération du Grand-Nokouè, en renforçant les capacités des entreprises de collecte mécanique et des vidangeurs manuels, et en proposant de décentraliser les sites de traitement ; à réhabiliter et accroître les capacités de la station de traitement de la commune de Sèmè-Podji ; à revaloriser les boues de vidanges, en en faisant du compost et, enfin, à mettre fin aux nuisances environnementales résultant du déversement quotidien d’environ 600 m3 de boues dans la zone maritime communale.

Le secteur privé, représenté par SIBEAU-SA, actuel propriétaire de la station de traitement des boues et AGETUR-SA, assurera l’exploitation de la station et mobilisera 78 % du financement requis pour couvrir le coût total du projet afin de financer les travaux de réhabilitation et d’extension de la station de traitement des boues.

Les bénéficiaires du projet sont la population de Sèmè-Podji, les entreprises de collecte de boues, les collecteurs manuels de boues, la mairie, SIBEAU-SA, AGETUR-SA, et les agriculteurs, utilisateurs des produits de traitement des boues de Sèmè-Podji.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour la Banque Africaine de Développement.

À propos de la Facilité africaine de l’eau (FAE) :

Fondée en 2004, à titre de Fonds spécial pour l’eau pour aider les pays africains à atteindre les objectifs fixés par la Vision africaine de l’eau 2025, la FAE est une initiative du Conseil des ministres africains sur l’eau (AMCOW), hébergée par la Banque africaine de développement (BAD). La FAE octroie des dons, de l’ordre de 50 000 à 5 millions d’euros, à un large éventail d’organisations et d’institutions opérant en Afrique, pour soutenir des projets correspondant à sa mission et à sa stratégie.Ses trois activités stratégiques prioritaires sont :

(1) la préparation de projets d’investissement afin de mobiliser des fonds pour les projets soutenus par la FAE ;

(2) le renforcement de la gouvernance de l’eau, afin de créer un environnement propice à des investissements efficients et durables ;

(3) la promotion du savoir dans le domaine de l’eau, afin d’élaborer des projets viables et une gouvernance informée, qui débouchent sur des investissements efficients et durables.

Depuis 2006, la FAE a financé 73 projets nationaux et régionaux dans 50 pays, y compris dans la plupart des Etats les plus vulnérables d’Afrique. La FAE a ainsi mobilisé plus de 532 millions d’euros à la suite de ses activités de préparation de projet, lesquelles constituent 70 % de son portefeuille. Chaque euro investi par la FAE a attiré 20 euros en moyenne, en investissements additionnels.

La FAE est entièrement financée par l’Algérie, l’Australie, l’Autriche, le Burkina Faso, le Canada, la Commission européenne, le Danemark, l’Espagne, la France, la Fondation Bill et Melinda Gates, la Norvège, le Royaume-Uni, le Sénégal, la Suède, et la Banque africaine de développement. La FAE est gouvernée par un Conseil de direction externe représentant les 15 bailleurs, UN-Water Afrique, l’Union africaine via le NEPAD, l’AMCOW et la BAD.

Contact: Katia Theriault, Tel. +216 71 10 12 79, Mob. +216 95 99 13 90, k.theriault@afdb.org

SOURCE

African Development Bank (AfDB)


Categories

%d bloggers like this: