Posted by: APO | 1 October 2007

PROJET DE CREATION D’UNE CHAINE DE RADIO ET DE TV PANAFRICAINE

TERMEs DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT POUR LA PREPARATION D’UNE ETUDES SUR LE PROJET DE CREATION D’UNE CHAINE DE RADIO ET DE TV PANAFRICAINE

EXPERT Chef d’Equipe

I.    Contexte et justification

1.1    Historique

Depuis qu’il a été nommé Président de la Commission de l’Union Africaine (CUA), le Professeur Alpha Oumar Konaré a toujours plaidé pour une chaîne radio et de télévision pour servir l’Afrique et la Diaspora. Il a soulevé l’idée dans son allocution adressée aux Etats Membres lors de sa prise de fonctions en septembre 2003. Au cours des années, cette idée a recueilli l’adhésion des dirigeants africains, qui ont réclamé l’établissement de médias permettant au continent de projeter sa vraie image.

Au cours du Sommet de janvier 2005 de l’Union Africaine, tenue à Abuja, au Nigeria, S.E. Hosni Mubarak, Président de l’Egypte, a soulevé la question de l’établissement d’une chaîne Panafricaine de télévision, soulignant son importance pour le continent. Il a annoncé, l’initiative égyptienne basée sur la disponibilité des équipements satellitaires égyptiens et les possibilités qu’offre NileSat. Il a assuré la disponibilité de l’Egypte pour fournir les ressources techniques et humaines, pour assurer l’objectif fondamental de renforcement de l’intégration des peuples africains.

A la 5ème Assemblée de l’Union Africaine, tenue à Syrte en Libye, la question a été encore introduite par le Président de l’Egypte, qui a rappelé aussi que, S.E M. Abdoulaye Wade, président du Sénégal avait également soutenu l’idée en raison de sa pertinence en matière de sensibilisation publique. Le Leader Libyen, S.E, Colonel Mouammar Ghadafi, a également apporté son soutien au projet qu’il a décrit comme « outil de base » pour produire et pour disséminer des informations exactes au sujet de l’Afrique.

Le président en exercice de l’Union Africaine, S.E Olusegun Obasanjo. Président du Nigeria, a donc demandé à l’Assemblée d’adopter la décision du Conseil Exécutif sur la question. Des consultations entre le gouvernement de l’Egypte et le Président de la Commission de l’Union Africaine et de ses collègues ont été plus tard entreprises afin de préparer une réunion d’experts qui sera tenue en Egypte.

Une réunion d’experts a été tenue au Caire Egypte du 21 au 23 novembre 2005 et une réunion du Comité de suivi a été organisée du 6 au 7 février 2006, aussi au Caire. Après ces réunions, une Conférence des Ministres Africains en charge de la communication a été tenue à Addis Abéba du 14 au 15 juin 2006. Les ministres ont préparé un rapport sur l’état d’avancement du projet et ont également recommandé que de hauts fonctionnaires des Etats Membres soient impliqués pour apporter leurs contributions dans la mise en place de la chaîne avant que des propositions soient présentées aux chefs d’Etat et Gouvernement pour décision.

Le rapport final de la 1ere Conférence des Ministres de l’Information et de la Communication a été soumis en tant que rapport d’étape, à la 9eme session ordinaire du Conseil Exécutif, Banjul, Gambie, 25-29 juin 2006. Le Conseil Exécutif a, à ce propos, recommandé à la Commission l’élaboration d’une étude exhaustive, qui devra être soumise pour examen, d’abord aux hauts responsables des Etats membres de l’UA, ensuite a une réunion des ministres des Etats membres de l’UA en charge de la communication et de l’Information, laquelle soumettra ses conclusions et ses recommandations au prochain Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernements.

1.2    But de la chaîne

La chaîne mettra en relief l’image de l’Afrique en popularisant ses idéaux et en fournissant une vue équilibrée, pour corriger les images « déformées » de l’Afrique, que le monde voit normalement, telles que la corruption, la faim, les conflits et le SIDA etc. L’image africaine, comme définie et déformée pendant des siècles, a consisté la plupart du temps en des déformations ou des aspects négatifs: événements bizarres, coutumes étranges, désastres, faim, maladie et pauvreté. Images des femmes et des enfants affamés, des familles faméliques
cherchant le refuge, des communautés déchirées par les conflits représentent ce que d’autres ont voulu dépeindre comme finalité « de l’Afrique désespérée ».

Mais, la réalité africaine est beaucoup plus complexe, et beaucoup plus pleine d’espoir que cela, parce qu’elle a mis en balance les désastres avec la lutte héroïque des hommes et les femmes ordinaires dans les villages et les villes, avec la puissance morale de grands leaders, avec les mémoires des sociétés à la base de gouvernements progressifs et de structures économiques, bâtissant et gérant l’éducation, la santé et les systèmes et réformes agricoles. Les transitions politiques paisibles dans plusieurs pays et régions, et l’établissement de structures Panafricaines pour l’intégration et la solidarité régionales se sont passés en grande partie, inaperçus, ont été ignorés, ou ont suscité seulement l’attention occasionnelle, par des médias en dehors du continent. Mêmes les voisins de chacun des pays africains ont souvent ignorés ses réalités et réalisations, excepté par l’intermédiaire d’images de sources extérieures.

La nouvelle station de TV, ensemble avec les canaux existants, donnera aux Africains en Afrique et ailleurs dans le monde, une nouvelle conscience d’eux-mêmes, pas comme des victimes mais comme acteurs ; pas comme subordonnés mais en tant qu’égaux ; pas comme clients mais comme fournisseurs, dans le marché international des idées pour définir le futur de l’humanité. Cette situation crée une nouvelle plateforme pour que l’Afrique traite le reste du monde avec fierté.

L’établissement des canaux de radio et de télévision a d’autres avantages pour les futures générations, car l’Afrique sera la source de la plus grande et jeune population du monde. Ceci fera de l’Afrique le plus grand et le plus attrayant marché. Mais pour que ce rêve devienne réalité, le continent doit gagner la bataille pour une bonne image. Les canaux proposés aideront en réalisant ce but.

1.3    Mandat de la station

Une télévision et une radio Panafricaine est une contribution importante à la mise en place de la nouvelle image de marque de l’Afrique. Son mandat sera, entre autres :

  • Accroître la connaissance sur l’Afrique, à l’intérieur et en dehors du continent

  • Définir et promouvoir les points de vue africains sur le développement social, économique et culturel

  • Projetez les legs culturels de l’Afrique et les exemples de succès 

  • Fournir une plateforme panafricaine de discussion et d’échange culturel

  • Soutenir et accélérer l’intégration et la solidarité africaines

  • Promouvoir une « voix africaine » authentique et crédible sur les points d’actualité continentale et internationale.

II.    Vos responsabilités

Sous la direction de la Division de la Communication et de l’Information de la Commission de l’Union Africaine, vous serez responsable des tâches énumérées ci-dessous. En tant que chef d’équipe des consultants, vous serez responsable de la coordination du travail des autres consultants conformément à un planning agréé de l’étude, à soumettre à l’Union Africaine. Vous dirigerez toute mission pour la collecte de données, participerez à la réunion d’experts au cours de laquelle le rapport sera présenté aux experts des gouvernements, défendre le rapport et faire tous les changements provenant de la réunion des experts. Vous serez également sollicité pour assister à la réunion ministérielle y compris dans les débats. Vos tâches comprendront entres autres:

La réalisation de l’étude et la formulation de conseils sur les principales activités suivantes

  1. Propriété de la station

Quel sera le rôle des Etats Membres, du secteur privé, de la diaspora et des autres acteurs en terme de propriété de la station?

  1. Politique

Quelle sera la ligne éditoriale de la station ?

  1. Langues

Dans quelles langues la station va émettre ?

Quels rôles vont jouer les langues locales africaines ?

  1. Programmation

Quel sera le contenu de la chaîne ?

Quels seront les avantages compétitifs du contenu de la chaîne sur les autres chaînes ?

D’ou proviendra le contenu de la chaîne et comment ?

Comment la chaîne va promouvoir l’unité et l’intégration africaines ?

  1. Ressources humaines

Quelles sont les ressources humaines requises pour exploiter la chaîne et comment elles seront recrutées ?

  1. Bureaux régionaux

La station aura t-elle besoin de bureaux régionaux ?

Si oui comment vont-ils fonctionner ?

  1. Structures de gouvernance

Quelle sera la meilleure structure opérationnelle pour la chaîne ?

Quelle sera la liaison entre la chaîne et l’Union Africaine ?

Quel niveau d’autonomie la chaîne devra avoir vis-à-vis de ses actionnaires ?

Quelle sera la collaboration entre la chaîne et les autres chaînes nationales et internationales ?

  1. Statut juridique

Quel sera le meilleur statut juridique de la chaîne ?

  1. Finance

Combien coûtera la mise en place de la chaîne ?

Quelle option de financement sera la meilleure pour supporter les coûts de chaîne ?

  1. Marketing

Comment cette chaîne assurera son marketing afin quelle soit compétitive, avec des acteurs déjà présents sur un marché actif ?

  1. Durée de diffusion

Combien de temps la chaîne émettra par jour ?

Vous devrez vous assurer que les aspects techniques suivants, sont traités par votre équipe et inclus dans le rapport : infrastructure, transmission, compatibilité de systèmes, coûts.

vii.    Tout autre conseil approprié pour l’établissement et l’exploitation de la     chaîne.

III.    Deliverables prévus

Un document, qui définit clairement la faisabilité de la mise en place de la chaîne panafricaine proposée.

Il devrait donner des directives claires du processus à suivre pour la mise en place de la chaîne aussi bien que les grandes lignes des types d’expertise requise.

En outre, le document devra proposer un programme d’actions clair pour la mise en place de la chaîne avec un planning précis.

IV.     Qualifications et expérience du consultant

Le consultant sera un spécialiste confirmé en radiodiffusion et en gestion de station de radiodiffusion, avec des qualifications et une expérience reconnues en matière d’établissement de stations radio et TV. Il ou elle devra avoir une expérience et une connaissance du contexte politique, économique et culturel du continent et familiarisé avec les normes internationales, les pratiques et les technologies relatives à la radiodiffusion. Il ou elle devra avoir:

  1. Dix ans d’expérience professionnelle dans le domaine de la gestion de chaînes de radiodiffusion, régionales ou internationales, avec une solide connaissance sur les points suivants :

  • Gestion de station de radio et TV ;

  • Programmation de radio et TV ;

  • Accords régionaux internationaux, politiques commune et pratiques réglementaires en matière de radiodiffusion

  • Connaissance de pratiques de radiodiffusion au niveau régional et international ;

  • Certaines connaissances techniques en matière de radiodiffusion (réseaux, services et accords) et en télécommunications et leur évolution, seront un avantage ;

  1. Une maîtrise en Journalisme de radiodiffusion ou dans les domaines connexes de gestion en matière de diffusion, d’une université ou d’un établissement supérieur ;

  2. Excellentes qualifications de rédaction et de reportage;

  1. Connaissances en informatique ;

  1. Excellentes qualifications de planification et d’organisation ;

  1. Maîtrise au moins d’une des langues de travail de l’Union Africaine. La connaissance d’une deuxième langue de l’Union Africaine serait un avantage.

V.    Documents à fournir par l’UA

  • Vision et mission de l’UA;

  • Le Plan stratégique 2004 – 2007 ;

  • Les Pères fondateurs de l’OUA ;

  • L’aide mémoire de la réunion des experts sur l’établissement de la chaîne panafricaine de radio et TV ;

  • Le message livré par l’UA lors de la réunion des experts au Caire : Vers une chaîne de radio et TV Panafricaine : défis clés et opportunités ;f

  • Le document présenté par RASCOM lors de la réunion des experts au Caire ;

  • Le document présenté par l’URTNA lors de la réunion des experts au Caire ;

  • Le document intitulé « Etapes vers l’établissement de la radio Panafricaine de radio et TV ;

  • Le document technique Egyptien concernant les canaux TV Africains par satellite ;

  • La proposition Egyptienne sur les canaux de radio et TV Africains ;

  • Les minutes du Comité de Suivi sur l’établissement de la chaîne Panafricaine de radio et TV : Février 2006 ;

  • Le compte rendu de la réunion des Experts tenue au Caire

  • Le rapport de la réunion des ministres de l’information tenue á Addis Abéba.

V.    Contrat

Le consultant signera un contrat avec la Commission de l’Union Africaine.

5.1.     Principales parties du contrat

Quelques éléments couverts par le contrat sont les suivants :

  • Un honoraire mensuel net tout compris de 6.500.00 dollars US.

  • Le consultant sera basé dans son pays de résidence et travaillera en ligne avec le coordonnateur du projet de la Commission de l’Union Africaine à Addis Abéba,

  • Il/elle sera invité pour participer aux réunions sur le projet.

  • Un perdiem au taux de la CAU sera donné quand le/la consultant (e) est invité à participer à une réunion ou quand il/elle est en mission liée à l’étude et autorisée par la CUA ;

  • La Commission de l’Union Africaine fournira au consultant un billet d’avion en classe économique de son pays de résidence vers Addis Abéba pour la réunion si une invitation formelle lui est adressée ;

5.2.    Durée de la consultation

Le consultant entreprendra les tâches identifiées ci-dessus entre septembre et décembre 2007. Le nombre spécifique de jours qu’il/elle travaillera sera décidé au cours de l’entretient avec le Chef de la Division, de la Commission de l’Union Africaine.


Categories

%d bloggers like this: